fiston

Slow-relâche.

Ça fait déjà quelques mois que je me répète à quel point écrire me ferait un grand bien. Sur mon blogue, tristement délaissé au cours des dernières années au profit d’autres projets. Pas que je me mets cette pression à écrire et m’obliger à créer du contenu sur mon blogue, mais pour moi écrire ici, c’est revenir aux sources. C’est écrire sans me demander si quelqu’un lira. C’est pour mon plaisir à moi et trouver ça beau un texte avec de belles images. S’arrêter dans le temps pour partager un moment, une pensée, un souvenir en photo, pour mon bonheur à moi.

Cette fin de semaine marquait la toute première semaine de relâche pour fiston et pour moi à titre de travailleuse autonome. Je vous avoue ressentir un grand sentiment de liberté de ne pas avoir à me soucier de ce que mon fils fera de son temps, ou où il ira pendant que maman travaille. Première fois également que je n’ai pas à demander à un patron si je peux prendre des vacances ou à culpabiliser d’être au travail alors que je pourrais être ailleurs à profiter de ce temps avec mon fils. Aucunement sur ma liste de choses à régler cette année puisque fiston passe la semaine avec moi. J’ai même fait en sorte que mon horaire de travail s’harmonise avec lui, pendant qu’il s’amuse seul ou fait une activité quelconque. Pas de cadre trop rigide. On profite.

Le seul élément qui a tenté de miner ma joie de cette semaine de slow-relâche est le fait qu’en étant libre de mon temps j’aurais aimé pouvoir partir ailleurs, et profiter pleinement de ce temps de relâche. Avec un mariage à préparer et des revenus à stabiliser au niveau de mon nouveau statut de travailleuse, ce sera pour l’an prochain. Par contre, comme nous avons maintenant un bébé chien à la maison – qui occupe beaucoup de notre temps pour l’entrainer à la propreté et à quelques petites règles de discipline, ça nous fait oublier qu’on aurait été si bien sur le bord d’une plage (pis non, scratch this!).

Cette fin de semaine, contrairement à mon début de semaine où j’ai à jongler avec des rencontres-clients, une formation et un peu de travail, mon temps a été consacrer à un peu de repos et de cuisine. J’adore les après-midi ou pendant que fiston s’amuse, que mon amoureux relaxe devant la télé, moi je fais des essais culinaires et eux jouent les goûteurs. Parfois ça passe, parfois non mais ces petites meringues à l’érable se sont envolées en quelques minutes seulement.

Jusqu’à maintenant, le bilan est très positif même si nous ne passons pas la semaine dans un chalet, sur des pentes de ski, ou sur le bord d’une plage. Nos matins sont douillets, à lire, écouter de la musique, cuisiner tranquillement, en mode « slow-toute ».

florenceelyse

maman, parajuriste, accro des médias sociaux et youtubeuse.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *