pas que cette fois j’ai eu plus de chance à le faire sourire dans les feuilles, j’ai affirmativement plus de plaisir que lui à poursuivre cette aliénation de maman photographe.
ma démarche avec les chiens pour maquiller l’ampleur de sa joie, c’est presque ratée. mais cette fois au moins, il ne pleurait pas.

 

 

 

 

Leave a Reply