mon jardin.

j’ai toujours apprécié et je suis encore aujourd’hui, très fervente de tout ce qui est vert et qui pousse. dans mon tout premier appartement où il y avait trop d’espace pour mon ameublement frugal déniché ici et là, j’avais de quoi meubler une serre complète avec des plantes intérieures. je les collectionnais, et je me souviens que la fleuriste du coin était toujours contente de me voir arriver pour dénicher la toute dernière plante verte, que je n’avais pas encore dans mon amas végétal. elle devait s’imaginer que j’habitais un grand palace, surplombé d’une gigantesque verrière, pour le plaisir. mais non.
or, avec toute cette pratique parmi mes feuillages, je m’imaginais connaisseuse ayant un pouce vert niveau expert. puis il y a quelques années, avec l’achat de notre maison, je me suis dit qu’il était temps pour moi d’avoir un jardin et que toute cette experience me permettrait de faire pousser assez de légumes pour nourrir la rue au complet. et bien non.
c’est en fait la septième année consécutive que je tente d’éclipser mes maigres résultats des dernières années de récolte de quelques tomates… et trois concombres. mais cette année, je vous le dis, je suis hyper-motivée. chaque jour j’arrose mon jardin, je veille sur lui, je tourne sa terre régulièrement, et je lui parle même… j’exagère à peine. je peux même compter sur un peu d’aide, d’alex, qui collectionne les vers de terre dans un coin du potager.

pour le moment, les vers de terre volent la vedette, mais d’ici quelques semaines, je vous promets un billet digne d’une agricultrice accomplie et fière de sa récolte. à suivre…..

 

youtube
facebook
INSTAGRAM
google+
pinterest
florence-elyse@gojistudios.com
RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *