cette face…

dans mon contexte de vie d’il y a quelques années, je n’avais pas imaginé être maman à nouveau, et encore moins d’un garçon. nous étions littéralement entourés d’un monde de filles, rose bonbon, en pleine puberté.depuis le début, je suis étonnée de constater à quel point ce petit bonhomme a changé notre quotidien et l’a rendu si fascinant. parfois je me demande même comment on a fait pour se passer de lui pendant toutes ces années. et aujourd’hui, même avec le réaménagement de notre espace de vie, de nos horaires et certaines contraintes que peuvent entraîner la venue d’un bébé dans ce mixte adultes-adolescentes, ce très attachant petit humain cadre parfaitement avec notre mode de vie. il se plie parfaitement à nos activités et fait parti intégrante de nos vies sociales. en plus de tout, j’adore observer les filles avec lui. leurs visages pétillants de bonheur lorsqu’elles entrent à la maison et qu’il accourt vers elles. il est « le petit-frère » connu de tous. oui, au début je me disais qu’au-delà de trouver ça cute pour des ados d’avoir un bébé à cajoler, il y aurait certainement des episodes où les deux mondes se bousculeraient, mais tout se fait en douceur, harmonieusement et naturellement.

d’autres fois je me questionne sur ma façon d’être avec lui versus la maman que j’étais, jadis, avec mes filles, alors bébés et fillettes. je me sens plus zen, une maman plus accomplie et qui se remet moins en question qu’auparavant. j’embrasse davantage les petits moments, je suis moins rigide quant aux horaires et je prends plus de temps pour observer, apprécier. l’âge, je sais pas. l’expérience, sûrement que ça aide.

mais cette face qui vieillit trop vite ne cesse de charmer l’enfant en moi, celui là même que je retrouve, et qui semblait s’être endormi en au même moment où mes filles avaient troqué leurs poupées pour des ipods. l’enfant en moi qui n’hésite plus à se salir, se mouiller, s’asseoir par terre, imiter le bruit d’un animal… tout ça parce que ça le rend heureux, et moi aussi! un beau rappel pour nos filles également qui redécouvrent et qui se prêtent aux jeux et aux histoires.

quand le médecin a posé son petit corps nu sur le mien à sa naissance, et que je l’ai observé calme, serein, l’air absorbé par nos voix sanglotantes qui s’extasiaient autour de lui, j’ai compris qu’il aurait une très belle vie.

youtube
facebook
INSTAGRAM
google+
pinterest
florence-elyse@gojistudios.com
RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *